Livres
Auteurs

» Dos

 Nadejda Mandelstam

Nadejda Mandelstam

Nationalité: Russe

Nadejda Mandelstam, née Hazin, est une écrivaine russe du XXe siècle (Saratov, 31 octobre 1899 - Moscou, 29 décembre 1980). Née dans une famille juive de la classe moyenne, elle passe ses premières années à Kiev. À sa sortie du gymnasium, elle étudie les arts. Elle épouse en 1921 le poète Ossip Mandelstam. Ils vivent en Ukraine, à Petrograd, à Moscou et en Géorgie. Ossip est arrêté en 1934 pour son Épigramme de Staline et est exilé avec son épouse à Tcherdyne, dans la région de Perm, puis à Voronej. Après la deuxième arrestation et la mort de son mari dans le camp de transit de Vtoraïa Rechka (près de Vladivostok) en 1938, Nadejda Mandelstam mène un mode de vie quasi-nomade, fuyant parfois à une journée près le NKVD, changeant de résidence à tous vents et vivant d'emplois temporaires. Elle s'est fixé comme mission la conservation de l'héritage poétique de son mari. Elle a appris par cœur la majeure partie de son œuvre parce qu'elle ne faisait pas confiance au papier. Suite à la mort de Staline, elle achève son doctorat en 1956 et est autorisée à revenir à Moscou en 1958. En 1979, elle fait don de toutes ses archives à l'Université Princeton. Nadejda Mandelstam décède à Moscou le 29 décembre 1980 à l'âge de 81 ans. Elle est enterrée au nouveau cimetière de Kountsevo. Les œuvres majeures de Nadejda Mandelstam sont ses mémoires, parus initialement en anglais sous les titres de Hope Against Hope (Espoir contre espoir) et Hope Abandoned (Espoir abandonné) (ces titres contiennent un jeu de mots sur le russe, « espoir » se disant « nadejda » (russe : надежда) en russe, alors que le titre original est simplement russe : Воспоминания « Souvenirs » ). Ils sont été publiés en français sous le titre Contre tout espoir. L'auteure y fait une analyse épique de sa vie et critique la dégradation morale et culturelle de l'Union soviétique à partir des années 1920.

Bibliographie